Comprendre la RT 2012

Les réglementations thermiques (dites RT) dans le neuf et l'existant régissent le monde du bâtiment et donnent des objectifs de performances à atteindre dans les constructions neuves et réhabilitations lourdes de bâtiments.

Voilà sur cette pages quelques clefs de compréhension sur la réglementation thermique dans le neuf, et la RT2012 en particulier.

Réglementations Thermiques en général et RT 2012 en particulier

Voilà quelques informations à retenir concernant les réglementations thermiques (RT), qu’elles concernent le neuf ou la rénovation. Les objectifs des RT (notamment la RT 2012) sont principalement :
  • Évaluer la conformité d’un bâtiment par rapport à des exigences nationales ;
  • Pouvoir comparer différents bâtiments à partir de critères et hypothèses fixes ;
  • Garantir une performance minimale à l’échelle nationale.
Le calcul réglementaire n’a donc pas pour objectif de concevoir ou dimensionner un bâtiment, mais bien de contrôler des performances minimales. Il ne faut donc pas prendre la réglementation thermique en exemple ou en référence de bâtiments performants pour aider à la conception.

Réglementations Thermiques dans le neuf : de la RT1974 à la RT2012

Pour rappel, voilà un petit histogramme de l’évolution des exigences des réglementations thermiques dans le neuf ces dernières années. Nous revenons par la suite sur les exigences de la RT2012.

RT2012_historique

Vous aurez noté l’écart entre le BBC neuf et la RT2012. Le seuil maximal de la RT2012 est relativement haut car les différentes modulations appliquées au coefficient de base (en valeur absolue) permettent de prendre en compte de nombreux éléments et d’adapter ainsi la référence selon le projet. Voir aussi par la suite les explications sur les coefficients de modulation.

Postes de consommations évalués (notamment RT 2012)

Dans les bâtiments neufs, et notamment dans la RT2012, cinq postes de consommation sont pris en compte dans les calculs réglementaires. Il s’agit des postes de :
  • Chauffage ;
  • Rafraichissement ;
  • Production d’eau chaude sanitaire (ECS) ;
  • Éclairage ;
  • Auxiliaires (de chauffage, rafraichissement, ECS et ventilation).
Cela signifie implicitement que l’électricité dite spécifique – c.à.d. liée à la bureautique, aux appareils électroménagers, etc. – n’est pas prise en compte dans les calculs réglementaires.

Coefficient de transformation de l'énergie finale en énergie primaire (RT 2012)

Coefficients EF/EP en RT2005

Dans la RT 2005, les coefficients appliqués étaient identiques à ceux de la RT2012. Cependant, le label BBC-effinergie est basé sur d’autres coefficients, à savoir :
  • 2,58 pour les consommations et productions d’électricité ;
  • 0,6 pour les consommations de bois ou biomasse ;
  • 1 pour les autres consommation.

Ces coefficients sont appliqués si l'étude est faite avec le moteur de calcul de la RT2005. Si l'étude est réalisée en RT2012, se référer aux coefficients ci-contre.

Les coefficients de transformation de l’énergie finale en énergie primaire permettent de faire un lien entre l’énergie réellement consommée par le bâtiment (énergie finale – facturée à l’utilisateur) et l’équivalent d’énergie nécessaire pour délivrer à l’utilisateur cette énergie consommée (énergie primaire).
Ils sont pris par convention égaux à :
  • 2,58 pour les consommations et productions d’électricité ;
  • 1 pour les autres consommations (gaz, fioul, bois, réseaux de chaleur).
Il convient d’être prudent lorsqu’on compare les consommations obtenues par le calcul réglementaire, données en énergie primaire, et les consommations relevées sur un bâtiment, en énergie finale.

Surfaces de référence de la RT 2012

La surface de référence énergétique est désormais nommée « SHON RT ». Elle est définie dans l’arrêté du 26 octobre 2010 relatif à la RT 2012, et s’applique désormais également à la RT 2005.
Le bureau d’études Bastide et Bondoux diffuse un schéma relativement clair pour visualiser les surface prises en compte ou non dans la réglementation thermique :
RT2012-SHONRT


Ne pas confondre...

Attention à ne pas confondre : Surface hors œuvre brute (SHOB), surface hors œuvre nette (SHON), surface habitable (SHAB), surface de plancher et surface hors œuvre nette au sens de la RT (SHON RT).
Dans ABATIA, il est donc nécessaire d’entrer la surface hors œuvre nette au sens de la RT 2012 (SHON RT) pour réaliser les calculs thermiques.

RT2012

Dates d'application de la RT2012

La RT 2012 est applicable :
  • depuis le 28 octobre 2011 pour les bâtiments neufs à usage de bureaux, d’enseignement, et destinés à l’accueil de la petite enfance ;
  • depuis le 1er mars 2012 pour les bâtiments neufs à usage d’habitation situés en zone ANRU ou dans un périmètre inférieur à 500 m d’une zone ANRU ;
  • à partir du 1er janvier 2013 pour les autres bâtiments neufs à usage d’habitation.
Qu’en est-il des autres types de bâtiments pour l'application de la RT 2012 ?
Dans l’arrêté du 26 octobre 2010, il est précisé que d’autres arrêtés devraient paraître pour les autres types de bâtiments, et que l’application de la RT 2012 aurait lieu un an après parution des décrets au Journal Officiel.
A notre connaissance, ces arrêtés ne sont pas encore parus.

Indicateurs de référence de la RT2012

Dans la RT 2012, trois indicateurs font référence. Ils permettent d’évaluer le bâtiment sur différents aspects, à savoir :
  • RT 2012 - Conception bioclimatique du bâtiment :
    Le Bbio (besoin bioclimatique conventionnel) est un nouvel indicateur de la RT 2012. Il donne une indication sur la conception globale du bâtiment en prenant en compte les besoins de chauffage, de rafraichissement et d’éclairage.
    L’accès à la lumière naturelle, l’orientation, et la réflexion faite autour de la conception sont donc à présent pris en compte dans la réglementation thermique via ce nouvel indicateur.
    La valeur maximale du Bbio est modulée en fonction de la géographie, l’altitude, la surface et la catégorie du projet. Le Bbio est un indicateur qui doit être calculé dès la phase esquisse, il est nécessaire au dépôt du permis de construire.


  • RT 2012 - Efficacité des systèmes utilisés :
    Le Cep (consommation conventionnelle en énergie primaire) de la RT 2012 est – comme son nom l’indique – un indicateur concernant les consommations du bâtiment sur les 5 postes réglementés (voir plus haut).
    Ce coefficient prend en compte l’efficacité des systèmes et le type d’énergie utilisée. Il a donc pour objectif de contrôler la mise en place de systèmes efficients dans le bâtiment. Ce coefficient doit être inférieur à une référence, le Cepmax qui, dans la RT 2012, est fixé en valeur absolue. Cependant, cette valeur seuil est modulée en fonction de la géographie, l’altitude, la surface de référence (SHON RT), du type de bâtiment (logement, tertiaire, etc.) et des émissions de gaz à effet de serre émises par les systèmes utilisés (chauffage et rafraichissement). Le Cep est donné en kWhEP/m²/an. Il doit être calculé lors de l’étude thermique réglementaire, et conservé par le maître d’ouvrage en cas de contrôle.


  • RT 2012 - Risque de surchauffes :
    La Tic (température intérieure conventionnelle) de la RT 2012 est un indicateur sur le risque de surchauffes dans le bâtiment.
    Elle concerne principalement les bâtiments dans lesquels il est possible d’ouvrir les fenêtres pour rafraichir (cf. catégories CE1/CE2 dans les textes), elle n’est donnée qu’à titre indicatif pour les autres bâtiments.
    La Tic est calculée pour la semaine la plus chaude dans l’année, elle donne une indication sur la température maximale qui pourra être atteinte dans le bâtiment. Afin d’être conforme aux réglementations, la Tic d’un projet doit être inférieure à une Tic de référence calculée dans les logiciels pour un bâtiment équivalent sans volets ni masques.

  • Remarque

    Les indicateurs Bbio et Cep fixent des exigences en valeur absolue relativement strictes. Cependant, comme les valeurs seuils sont modulées par de nombreux coefficients, nous remarquons de grands écarts entre les valeurs cibles données et diffusées largement (telles le « 50 kWh/m²/an » pour le Cep) et les valeurs maximales réellement utilisées dans les calculs.
    Il est alors nécessaire de bien cadrer son projet dès le début de la conception afin de savoir à quelles exigences se plier.
    Dans ABATIA, les valeurs du Bbio max et Cep max sont calculées pour chaque projet en fonction des critères entrés par l’utilisateur, ce qui permet de se situer relativement par rapport aux exigences de la RT2012.

Logiciels de calcul réglementaires en RT2012

Pour plus d’informations sur les logiciels réglementaires, nous vous invitons à consulter le site dédié à la réglementation thermique des bâtiments, et notamment cette page.

Textes de référence

Les textes de base de la RT 2012 pour les bâtiments neufs sont les suivants :
Les textes qui viennent compléter les premiers Arrêtés sont :


Pour aller plus loin sur la RT 2012: 






ABATIA : le logiciel thermique intuitif